Google+ Followers

Rechercher dans ce blog

mercredi 9 septembre 2015

prix littéraire du Monde 2015


La romancière est couronnée pour Ce cœur changeant, paru le 20 août à L'Olivier.

Le troisième prix littéraire du Monde a été remis, mercredi 9 septembre à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, à Agnès Desarthe pour son roman Ce cœur changeant, paru le 20 août aux éditions de L'Olivier. Il s'agit du premier prix pour cet ouvrage racontant l'histoire d'une jeune femme démarrant une nouvelle vie à Paris au début du XXe siècle. Ce cœur changeant est par ailleurs présent dans la première sélection du Renaudot, dans la sélection Le JDD/France Inter. Il se trouvait aussi sur la première liste du prix du roman Fnac, décerné il y a huit jours à Laurent Binet.

En juillet, 10 romans de la rentrée littéraire avaient été sélectionnés par le jury présidé par Jérôme Fenoglio, le directeur du quotidien, et composé pour moitié de journalistes de la rédaction et pour moitié des plumes du Monde des livres, le supplément littéraire du jeudi.

Créé en juin 2013 lors des Assises internationales du roman, le prix littéraire du Monde a été attribué pour sa première édition à deux romanciers français et étranger, Yasmina Reza pour Heureux les heureux (Flammarion) et Kevin Powers pour Yellow Birds (Stock). En 2014, le quotidien avait distingué Emmanuel Carrère pour Le Royaume (P.O.L).

« Face à la vie, elle avait la même impression que lorsqu’elle regardait le paysage défiler par la fenêtre du train : si elle était dans le sens de la marche, le panorama semblait se jeter sur elle, et ses yeux affolés ne savaient à quel détail s’attacher ni quelle ligne suivre. Elle se sentait écrasée par l’image qui ne tenait pas en place, ne cessait de se transformer. Assise en sens inverse, elle retrouvait son calme et contemplait l’horizon jusqu’à sombrer dans le sommeil. Alors… alors, songeait-elle, peut-être pourrait-on dire que c’est la même chose lorsqu’on regarde soit en direction de l’avenir, soit vers le passé. Peut-être est-ce pour cela que j’ai tant besoin de mes souvenirs. »

Née à l’aube du XXe siècle, Rose débarque à Paris à 20 ans et se trouve projetée dans un univers totalement inconnu. L’affaire Dreyfus, puis la guerre de 14 éclatent. Les années folles se succèdent. Les bas-fonds, la vie de bohême, la solitude... Rose risque à tout moment de tomber.

Usant de toutes les ressources du romanesque, Agnès Desarthe mêle le murmure de l’intime et le souffle de l’Histoire dans ce grand livre baroque qui signe son retour à la fiction.
*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire