Google+ Followers

Rechercher dans ce blog

dimanche 18 octobre 2015

trucs et astuces de grands mères

Afficher l'image d'origine
*
Afficher l'image d'origine LINGE :
Pour garder vos serviettes toujours douces et parfumées, remplacer l’adoucisseur industriel par du Vinaigre multitâche (utilisez votre parfum préféré). Après le lavage, étendre le linge et vaporiser le produit sur toute sa longueur, puis laisser sécher.  Le résultat est des serviettes souples ,et qui sentent bon.
*
 

mercredi 14 octobre 2015

challenge PAVES 2015h-2016, chez Gwen21 ou babelio

Afficher l'image d'origine
Suite à l'invitation de Gwen21 sur Babelio, j'ai décidé de m'inscrire au challenge :
Le challenge dure du 15/08/2015 au 15/08/2016. 


Afficher l'image d'originePour participer, rien de plus simple, il suffit de poster une réponse ici via Babelio ou
Afficher l'image d'origine Le challenge PAVES vous propose d'extraire de votre PAL les ouvrages de plus de 500 pages: 
La tolérance sur le nombre de pages est de 2 pages. Donc, vous pouvez intégrer des œuvres comptabilisant 498 pages mais pas en dessous. 

 NIVEAU 1 - LE BURIN : Vous avez lu et critiqué 5 pavés en 1 an. NIVEAU 2 - LA PIOCHE : Vous avez lu et critiqué 10 pavés en 1 an. NIVEAU 3 - LE MARTEAU-PIQUEUR : Vous avez lu et critiqué 15 pavés en 1 an. NIVEAU 4 - LA DYNAMITE : Vous avez lu et critiqué 20 pavés en 1 an. NIVEAU 5 - LE BULLDOZER : Vous avez lu et critiqué 25 pavés en 1 an. NIVEAU BONUS - LE CHEF DE CHANTIER : Vous avez lu et critiqué plus de 25 pavés en 1 an. 
*
 

mercredi 7 octobre 2015

Décès de la romancière Christine Arnothy, prix Interallié en 1980

*

Dès son premier livre, J'ai 15 ans et je ne veux pas mourir, où elle racontait son quotidien pendant la Seconde Guerre mondiale, l'écrivaine avait connu le succès. Elle avait 84 ans.

La romancière d'origine hongroise Christine Arnothy, prix Interallié en 1980, est morte à l'âge de 84 ans, a appris l'AFP mardi auprès de sa fille.
Femme de plume et d'esprit, auteure de 48 romans, elle a été la compagne du journaliste Claude Bellanger, proche de François Mitterrand, l'un des fondateurs à la Libération du journal Le Parisien libéré, dont il assura la direction générale avant de devenir vice-président de l'Agence France-Presse et de la Fédération internationale des éditeurs de journaux. L'un de leurs enfants est le fondateur de la radio Skyrock, Pierre Bellanger.

Née à Budapest le 20 novembre 1930, Christine Arnothy s'était fait connaître au milieu des années 1950 avec son autobiographie J'ai 15 ans et je ne veux pas mourir, où elle racontait son quotidien pendant la Seconde Guerre mondiale. Le livre, édité chez Fayard et au Livre de poche, avait reçu le Prix Vérité en 1954. Elle s'était installée en France après avoir quitté la Hongrie, sous domination soviétique, en passant la frontière à pied avec ses parents.

Deux ans après le succès de son premier livre, Christine Arnothy lui donne une suite avec Il n’est pas facile de vivre (Fayard). Suivront notamment Dieu est en retard (Gallimard), Le Cardinal prisonnier (Julliard), Le Jardin noir (prix des Quatre-Jurys, Julliard), Toutes les chances plus une (Prix Interallié 1980, Grasset), un recueil de nouvelles, Le Cavalier mongol (Grand Prix de la nouvelle de l’Académie française, Flammarion, 1976) et Vent Africain (Prix des Maisons de la Presse, Grasset, 1989).

En 2008, elle avait publié une suite à son autobiographie, Les Années cannibale (Fayard) et par la suite Une Valse à Vienne (Fayard) en 2009 et La Vie d'une manière ou d'une autre (Flammarion) en 2010.


Alias William Dickinson
Avec la complicité du P-DG des éditions Albin Michel Robert Esménard, Christine Arnothy a aussi publié trois romans noirs sous le pseudonyme de William Dickinson: Des diamants pour Mrs Clark (1985), Mrs Clark et les enfants du diable (1986) et De l'autre côté de la nuit. Mrs Clark à Las Vegas  (1987). Ils ont tous réédités chez Fayard en 2007, suite à la parution chez cet éditeur d'un quatrième tome, L'Homme aux yeux de diamant, en 2004.

Christine Arnothy a également écrit pour le théâtre, la radio et la télévision.

"Elle était en train de travailler sur un roman qu’elle adorait, sur la grande réconciliation entre les animaux et les êtres humains. Elle n’a pas pu le terminer", a indiqué sa fille dans un communiqué.

Ses cendres, mélangées à celles de Claude Bellanger, seront dispersées dans une mer française.

"Si les lecteurs veulent faire plaisir à l’écrivain qu’ils aimaient beaucoup, ils peuvent faire un don aux Restos du Cœur à Paris. Merci à l’avance", a précisé sa fille.

Christine Arnothy était notamment commandeur de la Légion d’honneur.
*

premier Grand prix de littérature américaine 2015

 


 
Marisha Pessl - CATHERINE HÉLIE/GALLIMARD

Fondateur du festival America, Francis Geffard lance le premier Grand prix de littérature américaine, qui sera remis fin novembre en présence du lauréat.
“Couronner un roman américain, paru depuis le 1er janvier, qui se distingue par ses qualités littéraires de premier plan afin d’offrir un repère aux lecteurs qui apprécient en nombre cette littérature et les écrivains qui l’animent”, tel est l’objectif du Grand prix de littérature américaine lancé par le libraire et éditeur Francis Geffard, déjà fondateur du festival America.
La première sélection de 9 titres vient d’être dévoilée. Elle comprend :

- Orfeo, de Richard Powers, traduit par Jean-Yves Pellegrin (Le Cherche-Midi) ;
- & Fils, de David Gilbert, traduit par Clément Baude (Actes Sud) ;
- Six jours, de Ryan Gattis, traduit par Nicolas Richard (Fayard) ;
- Intérieur nuit, de Marisha Pessl, traduit par Clément Baude (Gallimard) ;
- Les lance-flammes, de Rachel Kushner, traduit par Françoise Smith (Stock) ;
- Avant et après la chute, de Richard Bausch, traduit par Stéphanie Levet (Gallimard) ;
- Les intéressants, de Meg Wolitzer, traduit par Jean Esch (Rue Fromentin) ;
- Peindre, pêcher et laisser mourir, de Peter Heller, traduit par Céline Leroy (Actes Sud) :
- Neverhome, de Laird Hunt, traduit par Anne-Laure Tissut (Actes Sud).

Une seconde sélection sera rendue publique le 13 octobre. Le jury votera le 6 novembre, et le prix sera remis fin novembre en présence de l’auteur couronné.

Trois critiques littéraires, trois libraires et trois éditeurs composent le jury : les journalistes Orianne Jeancourt (Transfuge), Philippe Chevilley (Les Echos) et Bruno Corty (Le Figaro littéraire) ; les libraires Sylvie Loriquer (L’attrape-cœurs), Jean-Christophe Millois (Librairie de Paris) et Pascal Thuot (Millepages) ; et les éditeurs Emmanuelle Heurtebize (Stock), Olivier Cohen (L’Olivier) et Francis Geffard (Albin Michel). livreshebdo.
*

mardi 6 octobre 2015

Prix littéraires 2015 : récapitulatif



source : muze 

prix littéraires 2015

A la rentrée, les sélections des prix littéraires se succèdent. Pour ne pas perdre votre latin dans les premières, deuxièmes voire troisièmes listes, retrouvez sur le blog, l’actualité des prix littéraires en un seul billet.
En noir, la première sélection. En orange, la deuxième sélection. En violet, la troisième sélection. Et en vert, les lauréats.
Prix Goncourt 2015
Deuxième sélection 6 octobre 2015
Troisième sélection 27 octobre 2015
Remise du prix 3 novembre 2015

Christine Angot, Un amour impossible, Flammarion
Isabelle Autissier, Soudain, seuls, Stock
* Nathalie Azoulai, Titus n’aimait pas Bérénice, P.O.L
Olivier Bleys, Discours d’un arbre sur la fragilité des hommes, Albin Michel
* Mathias Enard, Boussole, Actes Sud
Nicolas Fargues, Au pays du p’tit, P.O.L
* Jean Hatzfeld, Un papa de sang, Gallimard
Hédi Kaddour, Les Prépondérants, Gallimard Simon Liberati, Eva, Stock Alain Mabanckou, Petit piment, Seuil * Tobie Nathan, Ce pays qui te ressemble, Stock * Thomas B. Reverdy, Il était une ville, Flammarion * Boualem Sansal, 2084, Gallimard
Denis Tillinac, Retiens ma nuit, Plon
Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie, JC Lattès


Prix Renaudot 2015
Deuxième sélection 6 octobre 2015
Troisième sélection 27 octobre 2015

Romans
Yves Bichet, L’Eté contraire, Mercure de France
* Laurent Binet – La septième fonction du langage, Grasset
Christophe Boltanski, La Cache, Stock
Charles Dantzig, Histoire de l’amour et de la haine, Grasset
Agnès Desarthe, Ce coeur changeant, L’Olivier
Delphine De Vigan, D’après une histoire vraie, Lattès
Fabrice Guénier, Ann, Gallimard
Eric Holder, La Saison des bijoux, Le Seuil
Philippe Jaenada, La petite femelle, Julliard
Aram Kebabdjian, Les Désoeuvrés, Le Seuil
Arnaud Leguern, Adieu aux espadrilles, Le Rocher
Jérôme Leroy, Jugan, La Table ronde
Simon Liberati, Eva, Stock
Cherif Madjalani, Villa des femmes, Le Seuil
Frank Maubert, Les Uns contre les autres, Fayard
* Patrick Roegiers, L’autre Simenon, Grasset
* Boualem Sansal, 2084, Gallimard
Alice Zeniter, Juste avant l’oubli, Flammarion

Grand Prix de l’Académie Française
Deuxième sélection : 15 octobre
Remise du prix : 29 octobre

Bernard Chambaz, Vladimir Vladimirovitch, Flammarion
Charles Dantzig, Histoire de l’amour et de la haine, Grasset
Agnès Desarthe, Ce cœur changeant, L’Olivier
Hédi Kaddour, Les Prépondérants, Gallimard
Gérard Mordillat, La Brigade du rire, Albin Michel
Antoine Mouton, Le Metteur en scène polonais, Bourgois
Judith Perrignon, Victor Hugo vient de mourir, L’Iconoclaste
* Boualem Sansal, 2084. La fin du monde, Gallimard

Prix Médicis 2015
Remise du prix 5 novembre 2015

Romans français
* Nathalie Azoulai, Titus n’aimait pas Bérénice,P.O.L
Christophe Boltanski, La cache, Stock
Charles Dantzig, Histoire de l’amour et de la haine,Grasset
Alain Defossé, Effraction, Fayard
Olivier Demangel, 111, éditions de la Fanfare
Maryline Desbiolles, Le beau temps, Seuil
Sophie Divry, Quand le diable sortit de la salle de bain, Notabilia
Fabrice Guénier, Ann, Gallimard
Hédi Kaddour, Les prépondérants, Gallimard
Aram Kebadjian, Les désoeuvrés, Seuil
Laure Limongi, Anomalie des zones profondes du cerveau, Grasset
Fabrice Loi, Pirates, Gallimard
Antoine Mouton, Le metteur en scène polonais, Bourgois
* Boualem Sansal, 2084, Gallimard
Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie, Lattès

Romans étrangers
* Oya Baydar, Et ne reste que des cendres, Phébus
* Javier Cercas, L’imposteur, Actes Sud
Jane Gardam, Le maître des apparences, Lattès
Hakan Günday, Encore, Galaade
Deepti Kapoor, Un mauvais garçon, Seuil
Alessandro Mari, Les folles espérances, Albin Michel
Eirikur Orn Norddahl, Illska, Métailié
Anna North, Vie et mort de Sophie Stark, Autrement
* Joyce Carol Oates, Carthage, Philippe Rey
Nathaniel Rich, Paris sur l’avenir, Editions du Sous-sol
Robert Seethaler, Une vie entière, Sabine Wespieser
Jon Kalman Stefansson, D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds, Gallimard
Agatha Tuszynska, La Fiancée de Bruno Schulz, Grasset


Prix Interallié
Remise du prix 12 novembre 2015 

* Laurent Binet, La Septième Fonction du langage, Grasset
Christophe Boltanski, La Cache (Stock
Ève de Castro, Nous, Louis, Roi, L’Iconoclaste
Charles Dantzig, Histoire de l’amour et de la haine, Grasset
Lionel Duroy, Échapper, Julliard
Mathias Énard, Boussole, Actes Sud
René Guitton, Mémoires fauves, Calmann-Lévy
Philippe Lacoche, Vingt-quatre heures pour convaincre une femme, Écriture
Olivier Poivre d’Arvor, L’Amour à trois, Grasset
Nathalie Rheims, Place Colette, Leo Scheer
Monica Sabolo, Crans-Montana, JC Lattès
* Boualem Sansal, 2084, Gallimard
Amanda Sthers, Les Promesses, Grasset


Prix décembre 2015
Remise du prix 2 novembre 2015 

Pierre Adrian, La piste Pasolini, Editions des Equateurs Christine Angot, Un amour impossible, Flammarion
Jean-Michel Delacomptée, Adieu Montaigne, Fayard
Michaël Ferrier, Mémoires d’Outre-mer, Gallimard
Stéphanie Hochet, Un nom anglais, Rivages
Jérôme Leroy, Jugan, La Table ronde
Simon Liberati, Eva, Stock
Laure Murat, Flaubert à La Motte-Picquet, Flammarion
William Marx, La haine de la littérature, Minuit
Judith Perrignon, Victor Hugo vient de mourir, L’Iconoclaste
Patrick Roegiers, L’autre Simenon, Grasset
Sébastien Rutés et Juan Hernandez Luna,Monarques, Albin Michel
Monica Sabolo, Crans-Montana, Lattès
Gilles Sebhan, Retour à Duvert, Le Dilettante


Prix de Flore
Deuxième sélection 15 octobre 2015
Remise du prix 10 novembre 2015

* Laurent Binet, La septième fonction du langage, Grasset
Julien Blanc Gras, In utero, Au Diable Vauvert
Pierre Ducrozet, Eroica, Grasset
Emilie Frèche, Un homme dangereux, Stock
Héloïse Guay de Bellissen, Les Enfants de chœur de l’Amérique, Anne Carrière
Mehdi Meklat & Badroudine Saïd Abdallah, Burn out, Seuil
Jean-Pierre Montal, Les années Foch, Pierre-Guillaume de Roux
Jean-Noël Orengo, La fleur du capital, Grasset
Daniel Parokia, Avant de rejoindre le grand soleil, Buchet-Chastel
* Boualem Sansal, 2084, Gallimard


Prix Femina
Deuxième sélection 2 octobre 2015
Troisième sélection 20 octobre 2015
Remise du prix 4 novembre 2015

Romans français :
Christine Angot, Un amour impossible, Flammarion * Nathalie Azoulai, Titus n’aimait pas Bérénice, P.O.L
Maïssa Bey, HizyaL’Aube (outsider)

* Laurent Binet, La septième fonction du langage, Grasset
Christophe Boltanski, La cache, Stock
Charles Dantzig, Histoire de l’amour et de la haine, Grasset
Mathias Enard, Boussole, Actes Sud
Michaël Ferrier, Mémoires d’Outre-mer, Gallimard
Brigitte Giraud, Nous serons des héros, Stock Hédi Kaddour, Les prépondérants, Gallimard
Hélène Lenoir, Tilleul, Grasset
Cherif Madjalani, Villa des femmes, Seuil
Diane Meur, La carte des Mendelssohn, Sabine Wespieser
Judith Perrignon, Victor Hugo vient de mourir, L’Iconoclaste * Boualem Sansal, 2084, Gallimard Alexandre Seurat, La maladroite, Le Rouergue

Romans étrangers: acheté - Martin Amis La zone d’intérêt, Calmann-Lévy Oya Baydar, Et ne reste que des cendres, Phébus
Najwa Barakat, La langue du secret, Actes Sud
Stefan Brijs, Courrier des tranchées, Héloïse d’Ormesson
* Javier Cercas, L’imposteur, Actes Sud
Jane Gardam, Le maître des apparences, JC Lattès Kerry Hudson, La couleur de l’eau, Philippe Rey Laird Hunt, Neverhome, Actes Sud
Paul Lynch, La neige noire, Albin Michel
Alice McDermott, Someone, La Table ronde * Dinaw Mengestu, Tous nos noms, Albin Michel
Anna North, Vie et mort de Sophie Stark, Autrement
Sasa Stanisic, Avant la fête, Stock Owen Sheers, J’ai vu un homme, Rivages
Jon Kalman Stefansson, D’ailleurs les poissons n’ont pas de pieds, Gallimard
Agata Tuszynska, La fiancée de Bruno Schulz, Grasset
Zoé Valdès, La femme qui pleure, Arthaud

Prix Wepler 2015
Remise du prix 9 novembre 2015

Pierre Cendors, Archives du vent, Le Tripode
Lise Charles, Comme Ulysse, POL
Antoine Choplin, Une forêt d’arbres creux, La Fosse aux ours
Sophie Divry, Quand le diable sortit de la salle de bain, Noir sur blanc/Notabilia
Mary Dorsan, Le présent infini s’arrête, POL
Michaël Ferrier, Mémoires d’outre-mer, Gallimard
Pascal Herlem, La sœur, L’arbalète/Gallimard
Jean-François Kervéan, Animarex, Robert Laffont
Douna Loup, L’oragé, Mercure de France
Mathieu Riboulet, Entre les deux il n’y a rien, Verdier
Pierre Senges, Achab (séquelles), Verticales
Benoit Vincent, Farigoule Bastard, Le Nouvel Attila


Prix du Style 2015
Remise du prix 24 novembre 2015

Jeanne Benameur, Otages intimes, Actes Sud
* Laurent Binet, La Septième fonction du langage, Grasset
Laurent Carpentier, Les Bannis, Stock
Didier Castino, Après le silence, Liana Levi
* Sorj Chalandon, Profession du père, Grasset
Pierre Deram, Djibouti, Buchet-Chastel
Mathias Enard,Boussole, Actes sud
Jérémy Fel, Les Loups à leur porte, Rivages
Hédi Kaddour, Les Prépondérants, Gallimard
Alain Mabanckou, Petit Piment, Le Seuil
* Astrid Manfredi, La Petite barbare, Belfond
Diane Meur, La carte des Mendelssohn, Sabine Wespieser
* Isabelle Monnin, Les Gens dans l’enveloppe, JC Lattès
Pierre Raufast, La variante chilienne, Alma
* Thomas B. Reverdy, Il était une ville, Flammarion


Prix Jean Giono 2015
Deuxième sélection 8 octobre 2015
Remise du prix 14 octobre 2015

Clélia Anfray, Le Censeur, Gallimard
Olivier Bleys, Discours d’un arbre sur la fragilité des hommes, Albin Michel
Mathias Enard, Boussole, Actes Sud
Hubert Haddad, Mā, Zulma
Isabelle Jarry, Magique aujourd’hui, Gallimard
Hédi Kaddour, Les prépondérants, Gallimard
Jean-Yves Laurichesse, La loge de mer, Le temps qu’il fait
Alain Mabanckou, Petit piment, Seuil
Cherif Madjalani, Villa des femmes, Seuil
* Laurent Seksik, L’Exercice de la médecine, Flammarion
Pierre Senges, Achab (séquelles), Verticales
Alice Zeniter, Juste avant l’oubli, Flammarion

Les prix littéraires déjà décernés.

Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2015
M.L Stedman, Une vie entre deux océans
* Sorj Chalandon, Le Quatrième Mur
Terry Hayes, Je suis Pilgrim


Prix de la Feuille d’Or de Nancy 2015 Carole Martinez pour La terre qui penche, aux éditions Gallimard.

Prix littéraire du Monde 2015
Agnès Desarthe pour Ce cœur changeant, aux éditions de L’Olivier.


Prix Fnac 2015
* Laurent Binet pour La septième fonction du langage aux éditions Grasset.


*

lundi 5 octobre 2015

décès de Henning Mankell

 

Le romancier et dramaturge suédois Henning Mankell est mort dans la nuit de dimanche 4 à lundi 5 octobre, à l’âge de 67 ans. L’écrivain, dont les livres ont été traduits dans trente-cinq langues et vendus à quarante millions d’exemplaires, avait révélé son cancer en 2014, dans une interview au quotidien suédois Göteborgs-Posten.

Henning Mankell est surtout connu pour sa série sur le taciturne inspecteur Kurt Wallander : au total, douze romans, dont Les Chiens de Riga et La Lionne blanche. Ce policier de la petite ville côtière du sud de la Suède Ystad à la personnalité difficile était devenu un personnage de série de la BBC, joué par l’acteur britannique Kenneth Branagh.


Son œuvre comprend des livres pour enfants, des pièces de théâtre et des romans. Dans son dernier livre paru cette rentrée en France, Sable mouvant. Fragments de ma vie, l’écrivain racontait son combat contre le cancer.

Engagé à gauche

« Quand j’ai commencé à écrire, j’ai voulu changer de perspective, voir le monde sous un angle différent. J’ai été sollicité, un jour [dans les années 1970], pour participer à un projet théâtral en Zambie. J’étais invité pour une semaine en Afrique, je n’en suis jamais vraiment reparti. C’est comme quand vous allez acheter du lait et que vous ne revenez plus », avait-il expliqué au Monde en 2005. L’écrivain partageait sa vie entre le Mozambique et la Suède, « un pied dans la neige, un pied dans le sable ».
Engagé à gauche, il décrivait dans ses romans les turpitudes de la société suédoise confrontée à la fin de l’Etat-providence. « Il a décrit les coulisses sombres du modèle nordique », analyse pour l’Agence France-Presse le journaliste et auteur de polars Olivier Truc. « Il assumait son rôle de critique » envers « une social-démocratie qui a trahi la classe ouvrière ».
Viscéralement propalestinien, il a apporté, plus récemment, son soutien à plusieurs flottilles humanitaires en partance pour Gaza. « La solidarité avec les faibles et les opprimés traverse son œuvre comme un fil rouge », écrit la maison Leopard, qu’il avait fondée en 2001 avec l’éditeur Dan Israel.
« L’écriture était vitale pour Henning », a réagi lundi Dan Israel, cité par l’agence TT, qui a rencontré l’écrivain quelques jours avant sa mort. « Il envisageait d’écrire un nouveau Wallander pour les 25 ans de la série l’an prochain », a-t-il assuré. « Il pensait sûrement tenir plus longtemps » face à la maladie, a ajouté l’éditeur.
Henning Mankell était marié à Eva Bergman, 70 ans, fille du cinéaste Ingmar Bergman, dont il était proche.



*

samedi 3 octobre 2015

quand nos grands auteurs écrivent comme des cancres

De Balzac à Camus, florilège des plus belles bourdes linguistiques commises par les maîtres de la langue française.

 Anne Boquel et Etienne Kern publient "les Plus jolies fautes de français de nos grands écrivains" (Payot) (DR)

Le 10 décembre 1913, un critique littéraire nommé Paul Souday s’en prit à Marcel Proust et à aux fautes de conjugaison qu’il avait trouvées dans «Du côté de chez Swann». «Visiblement, les jeunes ne savent plus du tout le français, écrivit-il. La langue se décompose, se mue en un patois informe et glisse à la barbarie.»
On trouve ça dans «les Plus jolies fautes de français de nos grands écrivains», délicieuse compilation d’Anne Boquel et Etienne Kern. Les deux professeurs de lettres ont fouillé le patrimoine, stylo rouge à la main. Ils montrent que, bien avant Proust et bien après lui, la langue canonique a été malmenée par nos plus grands créateurs, de Voltaire à Koltès en passant par Flaubert ou Camus. (Mention spéciale pour Balzac, le cancre en chef de ce recueil, qui mériterait un livre à lui tout seul.)


Fautes d’orthographe, d’accord, de conjugaison, de syntaxe, de temps, pléonasmes, mots inventés, mal choisis, phrases insensées: ils ont commis tous les crimes. Parfois munis d'intentions nobles, comme Flaubert qui ne voulait pas écrire comme un «vieux pédagogue». Parfois parce qu'ils étaient nuls en français, tout simplement. 
On a sélectionné quelques-unes de ces bourdes. A quelques exceptions près, on a laissé de côté les fautes d’inattention, trouvées dans les manuscrits ou les correspondances, pour privilégier les erreurs qui ont survécu aux relectures et figuré dans les éditions originales (la plupart de ont été corrigées depuis).
Pour les explications et corrections, on renverra à l’ouvrage de Boquel et Kern, excellente occasion de réviser les règles de notre langue, pour qui voudrait éviter d’écrire comme un cochon, ou comme Balzac.



"Les Plus jolies fautes de français de nos grands écrivains"
par Anne Boquel et Etienne Kern
Payot, 166 p., 12 euros
♦♦♦

Mon cher philosofe […], je m’imagine que le termomètre de votre apartement est comme le mien, tout près de l’eau bouillante.
Voltaire, Correspondance

Dans dix ans, j’aurai la plus belle clientelle de Paris.
Balzac, «Un début dans la vie»

Un jeune montagnard, près d’une jeune fille,
Sur la même racine étaient assis tous deux.
Lamartine, «Jocelyn»

Nous allions nous mettre à table devant le grand feu de la haute cheminée où rôtissaient un râble de lièvre flanqué de deux perdrix qui sentaient bon.
Maupassant, «Un réveillon»

Le souvenir de ses tripotages dans les gouvernements républicains lui nuisirent (...)
Balzac, «la Vieille fille»

 Il est distrait au volant de son auto et laisse souvent ses flèches de direction levées, même après qu’il ait effectué son tournant.
Camus, «la Peste»
Dans toutes les armées du monde, on pallie généralement au manque de matériel par des hommes.
Camus, «la Peste» 

Eau, quand pleuveras-tu ?
Baudelaire, «le Cygne»


Une fois les poissons ramenés dans la barque, il s’en distraya.
Duras, «les Petits chevaux de Tarquinia»

Jusqu’à ce qu’il s’en aille en cendre et se dissoude.
Hugo, «Dieu» 

Quelle joie de voir une pervenche poindant sous la neige !
Balzac, «l’Interdiction»
La compatissance et la tendresse d’une jeune fille possèdent une influence vraiment magnétique.
Balzac, «Eugénie Grandet»
Le père Goriot regarda tristement son ouvrage d’un air triste (…)
Balzac, «le Père Goriot»


C’est ce que je demande, s’écria-t-elle, en se levant debout.
Stendhal, «le Rouge et le Noir»
Tout le mal n’est que dans ces cinq lettres B, R, U, L, A, R, D, qui forment mon nom.
Stendhal, «Vie de Henry Brulard» 

Nos discussions portaient surtout au sujet de l’éducation de nos enfants.
Gide, «Robert»

Le bruit du galop de son cheval, qui retentit sur le pavé de la pelouse, diminua rapidement.
Balzac, «Une ténébreuse affaire»
- Il est onze heures, répéta le personnage muet (…)
Balzac, «la Bourse»
[La femme de chambre] lui cria deux mots à voix basse.
Balzac, «la Muse du département»
[Il] l’atteignit si furieusement de son poignard qu’il le manqua.
Balzac, «la Femme de trente ans»
De nouveau, elle leva un bras qui ne semblait pas faire partie de son corps: un reptile hésitant dont la main eût été la tête.
François Mauriac, «les Anges noirs»


- Ah ! dit Don Manoël en portugais.
Dumas, «le Collier de la Reine»


***

vendredi 2 octobre 2015

Prix du meilleur livre étranger




Première sélection du Prix du meilleur livre étranger 2015

Martin Amis, Javier Cercas et Dinaw Mengestu figurent dans la sélection du prix qui sera décerné le 26 novembre.
Le jury du Prix du meilleur livre étranger (PMLE) s’est réuni le 24 septembre et a établi une première sélection de 10 romans et 3 essais. Le prix, créé en 1948 par Robert Carlier et André Bay et sponsorisé depuis 2011 par Sofitel, sera décerné le 26 novembre. La prochaine sélection sera dévoilée le 12 octobre.

violet : acheté
orange : envie de lire
 Sélection romans
- Lila, de Marilynne Robinson, traduit de l’américain par Simon Baril (Actes Sud)
- La zone d’intérêt, de Martin Amis, traduit de l’anglais par Bernard Turle (Calmann-Levy)
L’imposteur, de Javier Cercas, traduit de l’espagnol par Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic (Actes Sud)
- Illska, le mal, d’Eirikur Orn Norodahl, traduit de l’islandais par Eric Boury (Métailié)
- Les folles espérances, d’Alessandro Mari, traduit de l’italien par Anna Colao (Albin Michel)
- Tous nos noms, de Dinaw Mengestu, traduit de l’américain par Michèle Albaret-Maatsch (Albin Michel)
- Les mémorables, de Lidia Jorge, traduit du portugais par Geneviève Leibrich (Métailié)
- Courrier des tranchées, de Stefan Brijs, traduit du néerlandais par Daniel Cunin (Héloïse d’Ormesson)
- Les lance-flammes, de Rachel Kushner, traduit de l’américain par Françoise Smith (Stock)
- L’homme au manteau noir, de Diane Setterfield, traduit de l’anglais par Carine Chichereau (Plon)

 Sélection essais
- Atlas d’un homme inquiet, de Christoph Ransmayr, traduit de l’allemand par Bernard Kreiss (Albin Michel)
- Fairyland, d’Alysia Abbott, traduit de l’américain par Nicolas Richard (Globe)
- L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, de Rosa Montero, traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse (Métailié).
violet : lus
orange : dans ma pal
 
Le prix du Meilleur livre étranger (PMLE) est un prix littéraire attribué chaque année à un roman et à un essai en langue étrangère.ranger